Les commissaires à l’information sont la clé du succès du suivi et de l’établissement de rapports sur l’ODD 16.10.2

Reconnaissant le rôle vital des commissaires à l’information pour faire respecter les droits à l’information dans l’intérêt du développement durable, l’UNESCO a récemment organisé un atelier de formation à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Visant à renforcer les capacités des commissaires à l’information et à les intégrer au suivi de l’objectif de développement durable relatif à l’accès à l’information (ATI), l’atelier a attiré près de 50 participants de différentes régions du monde.

La réunion du 10 mars 2019 en tant qu’événement préparatoire à la 11ème Conférence internationale des commissaires à l’information (ICIC) a été une occasion d’aider les participants à contextualiser l’importance de leurs travaux dans le cadre plus large du développement durable.

 «En tant que facilitateurs de la législation sur l’accès à l’information (ATI), les commissaires à l’information sont bien placés pour suivre les progrès et assurer des améliorations continues. Ensemble, la société civile joue un rôle clé dans le suivi et l’établissement de rapports sur l’OBD 16.10.2 sur l’accès à l’information avec le gouvernement et la société civile », a déclaré Guy Berger, directeur de l’UNESCO pour la liberté d’expression et le développement des médias.

Pendant l’atelier, l’UNESCO a mis à l’essai son instrument de suivi et de reporting pour l’indicateur 16.10.2 des ODD (lien externe), qui a été développé avec des experts, des organisations de la société civile, des organisations concernées et d’autres agences des Nations Unies . Les participants, issus à la fois des organes de contrôle d’ATI et des organisations de la société civile, ont examiné le modèle d’enquête et ont appris comment mieux répondre aux questions qu’il couvre.

Toby Mendel, directeur exécutif du Centre pour le droit et la démocratie (CLD), qui était également l’un des facilitateurs de l’atelier, a déclaré que les régions d’Afrique et d’Asie abritent la plupart des 20 lois les plus importantes en matière d’accès à l’information, analysées par Global Right. Information Rating (lien externe). Cependant, il a également souligné que la présentation de l’ODD 16.10.2 n’était pas un « concours de beauté » entre pays, mais plutôt un suivi des progrès réalisés d’année en année.

En tant qu’organisme dépositaire de l’ODD 16.10.2, l’UNESCO a défini plusieurs actions clés pour suivre les progrès de l’AI, tout en aidant les États membres à s’acquitter de leur obligation de rendre compte de ces progrès.

Le Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO a parrainé la participation de commissaires à l’information et de fonctions équivalentes originaires des pays suivants: Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Ghana, Kenya, Libéria, Maroc, Rwanda, Sierra Leone et Tunisie. Cette participation a permis aux délégués à la conférence de former un comité de pilotage qui formalisera un réseau de commissaires africains à l’information.

«En raison du manque de financement disponible [pour ce type d’apprentissage entre pairs], l’appui de l’UNESCO a été vraiment apprécié. Faire partie de ce type d’événement a permis à mon pays d’être sur la même piste que d’autres pays », a déclaré Mark Bedor-Wla Freeman, commissaire à l’information du Libéria.  

Dans le cas du Ghana, où une loi habilitante pour le droit à l’information (RTI) est toujours en attente d’adoption par le parlement, la participation à la conférence de Johannesburg peut contribuer à donner un nouvel élan. Pethuel Ahiakonu Kwasi Danyo, directeur adjoint au Secrétariat de la réforme de la fonction publique, qui représente le Ghana dans le partenariat pour un gouvernement ouvert, a déclaré qu’il espérait faire pression pour que la question de l’accès du public à l’information soit incluse dans l’examen national volontaire du Ghana à l’Assemblée générale des Nations Unies. année.

L’atelier de Johannesburg faisait partie de la stratégie de l’UNESCO en matière de collecte de données mondiales sur l’ODD 16.10.2 , dans le cadre duquel elle collabore avec l’Institut de l’UNESCO pour la statistique et le CLD. L’exercice mondial met l’accent sur la participation des commissaires à l’information et des fonctions équivalentes dans 43 pays, qui sont encouragés à fournir des informations sur les progrès de la mise en œuvre de l’AI par le biais de l’instrument d’enquête de l’UNESCO.

Les contributions nationales aux processus des objectifs de développement durable devraient renforcer la reconnaissance nationale et mondiale des commissaires à l’information, offrant ainsi davantage de possibilités de renforcer la visibilité, les ressources et l’impact de leurs travaux.

Le soutien de l’UNESCO au CICI de 2019 a été rendu possible par l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (ASDI) . Avec le soutien de l’ Allemagne et des Pays – Bas , le PIDC de l’UNESCO met actuellement en œuvre des projets liés à la réalisation de l’ODD 16.10.2 dans plusieurs pays.

Source: Unesco



Laisser un commentaire

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =