Le Ghana accueille la première conférence internationale sur la protection des données et de la vie privée en Afrique, les 24 et 27 juin

Le Ghana organisera ce mois-ci la première conférence internationale sur la protection des données et de la vie privée en Afrique, qui rassemblera 1 000 experts en protection des données et leurs homologues du monde entier sur Accra.

L’événement de deux jours, prévu du 24 au 27 juin, a pour thème « Une conférence des autorités africaines en Afrique, axée sur l’Afrique ». Mahamudu Bawumia, vice-président, ouvrira la conférence le 26 juin.

La conférence créera la plate-forme pour que les participants puissent délibérer sur des problèmes nationaux et mondiaux contemporains dans le secteur de la protection des données et proposer des solutions.

Il est organisé par le ministère des Communications par l’intermédiaire de la Commission de la protection des données (DPC) en collaboration avec le Réseau des autorités africaines de traitement de données.

Mme Patricia Adusei-Poku, directrice exécutive de DPC, a annoncé mercredi lors d’une conférence de presse à Accra que tout était prêt pour cet événement destiné à promouvoir la promulgation de lois sur la protection des données et de la vie privée en Afrique.

Elle a ajouté que les questions à débattre comprenaient l’alignement entre la vie privée et le droit à l’information et les tiers contractants et la sauvegarde des bases de données nationales.

Les participants, a-t-elle dit, délibéreront sur l’identification nationale acceptable et sur les défis spécifiques à la région; le rythme de la numérisation et la sécurité des données personnelles; technologies émergentes, intelligence artificielle et questions éthiques.

Selon Mme Adusei-Poku, l’inclusion financière et le système sans numéraire via la technologie mobile et la nécessité ou non pour les églises africaines de mettre en œuvre un programme de protection de la vie privée seraient discutés

Les organes internationaux participant à la conférence, a-t-elle précisé, incluent le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la vie privée, l’Union africaine, l’Union africaine des télécommunications et la Commission européenne.

Elle a déclaré que le Ghana avait pris des mesures positives dans le secteur numérique et était l’un des quatre premiers pays d’Afrique et le deuxième pays anglophone, après Maurice, à ratifier la Convention de Malibu sur la cybersécurité et la protection des données.

En accueillant cet événement international, elle a réaffirmé la détermination du gouvernement à protéger la vie privée des citoyens en tant que droit fondamental « à mesure que le Ghana intensifie ses efforts de numérisation dans le cadre du programme de transformation national afin de positionner le Ghana comme une porte d’entrée de l’Afrique ».

Source: allafrica.com



Laisser un commentaire

Résoudre : *
14 × 18 =